Le monoxyde de carbone (CO) est responsable de 300 à 400 décès par an en France, en milieux clos, et de plus de 5000 hospitalisations.

En étant bien informé, on peut prévenir ces accidents.

Le monoxyde de carbone : c'est quoi ?

Le CO est un gaz très sournois : incolore, inodore et non irritant. Il est donc très difficile de le détecter.

C'est un gaz nocif qui peut entraîner la mort en se fixant  aux globules rouges à la place de l'oxygène. lorsqu'il est inhalé.

Il devient toxique à partir d’une concentration en volume inférieure à 0.1%, en exposition prolongée. en se fixant sur l’hémoglobine pour former une molécule stable, la carboxyhémoglobine. L’hémoglobine préfère s’associer avec le CO plutôt qu’avec l’oxygène. Ceci est est irréversible. Pour une concentration de 800 ppm de CO dans l’air, 50 % de l’hémoglobine se bloque sous forme de carboxyhémoglobine. Il en résulte une diminution de l’oxygénation cellulaire, nocive en particulier pour le système nerveux central. Une heure suffit pour entraîner la mort de toutes les personnes se trouvant dans le logement.

Le CO participe aux mécanismes de formation de l'ozone troposphérique. Dans l'atmosphère, il se transforme en dioxyde de carbone CO2 et contribue à l'effet de serre.

 

La cause : le mauvais entretien des appareils à combustion

Le monoxyde de carbone est causé par une mauvaise combustion d'équipements ou de moteurs qui utilisent du gaz, de l'essence, du bois, du charbon de bois, etc. comme combustible.

Cela peut provenir :

  • d'équipements vétustes,
  • d'un manque d'entretien,
  • de conduits obstrués provoquant le refoulement des gaz brûlés,
  • d'un manque de ventilation (par exemple, calfeutrage de sorties d'air),
  •    d'une mauvaise conception de la cheminée ne permettant pas au gaz de s'évacuer.

25 % des accidents surviennent dans des installations temporaires, telles que des radiateurs d'appoint, des braseros fonctionnant dans des espaces clos, etc.


Détecter les symptômes d'une intoxication au monoxyde de carbone

Une intoxication au monoxyde de carbone entraine des maux de tête, vertiges, nausées, etc. Ceci peuvent être les premiers signes d'une intoxication.

En cas de suspicion d’intoxication, il faut  immédiatement aérer la pièce et l’évacuer.

Quand vous n’êtes sorti, prévenez les organismes d'urgence :

112 : Numéro unique d’urgence européen
  18 : Pompiers
  15 : Samu

 Laissez ensuite  les professionnels trouver la source du problème.

J'ai un poêle à bois, comment m'en protéger ?

Pour le chauffage au bois, voici les principaux conseils à suivre :

1. Au moment de l’installation de votre appareil de chauffage bois :

  • Faire installer votre installation de chauffage bois par des professionnels (ex. formés par qualibois) et assurez vous de son bon fonctionnement.

2. Avant chaque hiver :

  • Faites entretenir votre installation par un professionnel qualifié
  • Faites ramoner mécaniquement vos conduits et cheminées au moins une fois par an.

3. Pendant la saison d'utilisation :

  • Aérez quotidiennement votre logement
  • Ne laissez pas couver votre feu
  • Laisser de l’air. Ne jamais étouffer votre feu en coupant les arrivées d’air.
  • Respectez les consignes d’utilisation des appareils  du fabricant.
  • Utiliser un combustible performant pour être sûr d'avoir une combustion.

Le bois compressé est idéal car son taux d’humidité est inférieur à 10 % sinon utilisez du bois de chauffage ultra sec. (Nous vous rappelons qu’il faut au moins deux ans pour que le bois coupé atteigne les 20 % d’humidité).

L’erreur est de ne retenir que le critère du temps de combustion des bûches utilisées et de réduire le tirage de l'insert ou du poêle. Il faut comprendre qu'un débit d'air trop faible ne fournira pas aux bûches l'oxygène nécessaire à une bonne combustion.

La bonne pratique lors de l'utilisation d'appareils de chauffage au bois consiste à utiliser du bois de chauffage de haute qualité pour une combustion agréable et intense. Avec du bois de haute qualité, d'une part l'appareil reste propre plus longtemps, d'autre part il chauffe plus rapidement et à des températures plus élevées. Par conséquent, il y aura moins de risque de mauvais départ ou d'arrêt de la combustion. Il y aura aussi moins de fumée.

4. En période de grands froids :

  • Ne jamais utiliser les chauffages d’appoint en continu. Ces appareils ne sont pas faits pour celà.
  • Ne jamais utiliser pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, etc.

Nos conseils : achetez un détecteur de monoxyde (dont le prix est d’environ 30 €)  et installez le à distance de 1 à 2 mètres de l’appareil de chauffage et à mi-hauteur du mur. Ce détecteur doit être conforme à la norme européenne NF EN 50291.